Des oeuvres pour des femmes, par ces femmes et des hommes dignes

La réinsertion socio-économique et professionnelle est la voie de sortie de la thérapie holistique de Panzi,  apportée aux femmes victimes. Pendant leur séjour à la Maison Dorcas, maison de transit, dès qu’elles le peuvent ou dès que leur état psychologique le permet, elles sont amenées à suivre des formations métiers dans différents domaines (vannerie, tannerie, coupe et couture,  pâtisserie, agro-alimentaire, etc). Mais aussi, pour celles qui en ont besoin, des cours d’alphabétisation et des bases de “business skills” (pour acquérir des compétences commerciales et de gestion d’entreprise)  afin de devenir autonomes. C’est une manière de leur rendre leur dignité ! On y forme donc des entrepreneures.

Les formations

Les activités de stylisme, coupe & couture et de tannerie sont coordonnées par des femmes. Dans ses ateliers, sont fabriqués des vêtements, poupées, paniers et accessoires de tout genre. Concrètement, c’est Mama Zawadi à la maison Dorcas, qui suit les femmes et veillent à leur santé et leur développement, c’est un peu leur maman à toutes. La maison Dorcas héberge la Fondation Panzi RDC, qui, elle coordonne les relations avec l’extérieur et récolte des fonds pour la survie de ses activités et de l’hôpital de Panzi.

La couture est l’activité phare de la maison. On y confectionne des poupées à l’image des femmes victimes. Mais aussi des vêtements et accessoires en tissus.

La vannerie est l’activité qui marche le mieux. On y confectionne des paniers. Les femmes sont emmenées à créer selon leur inspiration, elles choisissent les couleurs, créent les motifs… On y retrouve des paniers de toutes les couleurs, tailles et de toutes les compositions, des plus simples au plus sophistiqués. Ce sont des productions sur le moment même, à chaud donc, il y a des “ratés” et de très beau succès! Je salue la créativité. Un grand panier est vendu moins de 5 euros, une grande contribution à leur reconstruction.

Dans les ateliers de tannerie, on peut y rencontrer Murhula, un apprenti tanneur. Son handicap ne le freine pas : il est sourd-muet,  soucieux d’innover, il est toujours à la recherche des idées et de conseils pour créer et améliorer le look et le style des créations.

 

Pour aller plus loin…

A l’issue de leur formation, les femmes reçoivent des kits de réinsertion, un tremplin pour démarrer leurs activités entrepreneuriales. Le contenu du kit dépend du choix du domaine d’activité.

Par exemple, celles qui ont choisi de se développer dans la coupe et couture, reçoivent une machine à coudre et le nécessaire pour se lancer dans cette voie. Afin d’aider ces femmes à se reconstruire, la Fondation et la Maison Dorcas ont mis à disposition un centre de couture en ville, en mode coopérative. Il se situe au centre Nobela à Vamaro/Bukavu. Le modèle est à l’essai : les frais de location sont pris en charge la première année par la Maison Dorcas.

Appel à l’équipe ! Mama Zawadi est à la recherche des stylistes et couturières qui seraient prêtes à donner des cours de stylisme quelques jours par mois afin d’inspirer et donner un coup de peps aux créations. Avis aux stylistes de la diaspora (pas que): Elles ont besoin de vous !

Les femmes qui ont choisi des subventions en nature, dans les activités d’agriculture et d’élevage, rencontrent des problèmes d’écoulement de leur récolte. Les fruits pourrissant vite et en même temps, ce qui induit une grosse perte de production. Le Dr Mukwege Mukengere, à l’écoute de leur problème, leur a proposé de transformer les fruits de leur récolte. Pour ce faire, la Fondation a mis en place une unité de transformation de jus de fruits locaux produits par les femmes.  Maintenant, elle peuvent extraire du jus de leur fruits de production (tamarillo, maracuja, …).

Un problème emmenant un autre, à ce stade il reste à trouver des licences de commercialisation pour écouler le jus. Les taxes de mise sur le marché des jus étant importantes pour ce genre de structure. Pour commencer, les jus extraits sont vendus en interne, au sein même de la Fondation Panzi et de l’hôpital de Panzi. A suivre donc …

Elles ont besoin de nous !

When you get these jobs that you have been so brilliantly trained for, just remember that your real job is that if you are free, you need to free somebody else. If you have some power, then your job is to empower somebody else. ” – Toni Morrison

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s